Liquid shox: Reinvention

March 24 2022




Liquid shox: Reinvention







We were right in the middle of the PGL Major playoffs, when the news broke out. An earthquake had just hit the French scene. Vitality, the highest-ranked French team, was going international. Replacing XTQZZZ, shox, and kyojin with the danish trio of zonic, dupreeh, and Magisk, Vitality’s decision effectively marked a turn for the entirety of CS. For the first time in years, there would no longer be a french five at the highest level of competition.



While the French CS scene was stunned by this tectonic shift, the aftershock hit only a few days later. shox was headed to North America, going international with Team Liquid.



An international project with a lot to prove



Up until now, these inter-team roster shuffles were customary to the French scene and they often gave birth to iconic CS lineups. The early blockbuster moves that made VeryGames, the Titan - EnvyUs shuffle of 2015, the formation of a 2017 French “super team” under G2 Esports colors, and more recently the advent of the Vitality roster at the end of 2018.



So how do we find ourselves, at the turn of 2022, with a situation where Vitality no longer has five French speaking players, and shox is heading to an international project with Liquid?



Well, for shox, there is no doubt. Vitality was moving to an international model and in 2022, France no longer had any other organization to support Major-level squads.



“When Vitality told me that I wouldn’t be part of 2022, I put myself out there on the market. Unfortunately, you can’t deny that if I stayed in France, I would have to downgrade, in terms of teams. There’s Vitality at the top, which is no longer 100% french, then there’s LDLC. But there’s a huge gap between the two. If I was to start again in the french scene, it would be from way down, and it would be a harder climb back to the top. From then on, I left the door open to any possible offer.”



A turn, which sees another pillar from the VeryGames era leave the national scene and go international (at least for now). He follows in the footsteps of French legend NBK, who decided to join an international roster, after being removed from Vitality two years earlier, but also his longtime friend ScreaM, who left the CS:GO scene altogether to start a Valorant career in 2020 - also with Team Liquid.





A key difference with NBK though, is that the king maker has long been able to count on his very good English and make his way onto the international rosters of OG, and then Mousesports. Language, this is the key aspect that haunts the discussions around international rosters and their viability. It’s also an aspect that shox knows he has to work on.



“So far no international roster has really reigned over the scene, but in terms of the player pool, marketing, business, going international opens up vast possibilities. On the server, I had never experienced that, I just assumed that you only had to speak english. [...] The way I see it working, you have to be bilingual. In my case, I’m not bilingual, though my English isn’t bad either, and I feel at times that I’m slower, whether when hearing or speaking.”



The potential is there, though. If you can overcome that language barrier, you can recruit from a much larger pool of players and find the exact missing piece in terms of role and personality. Yet, since they’ve been part of the scene, international rosters have always drawn skepticism, despite clear examples that they can absolutely perform.



One of the recurring criticisms is that they’ve never won a major, nor established an era. But this forgets that FaZe came extremely close to winning ELEAGUE Boston 2018, as well as completely skips the 2017 season where no team was dominating, and instead a quartet of teams were vying for dominance, which included FaZe again. The criticism can work both ways too. There are a lot of national or at least uniform-language speaking rosters that never reached as much success as FaZe or even late 2018 Mouz achieved. It also has to be noted that in this case, it’s only shox that has gone international - the rest of the roster still being NA.



But language isn’t the only challenge that shox faces in this new international chapter of his career. Indeed, slotting into a new team and a new scene has its fair share of in-server novelty. One novelty being the style of play that Liquid favors.



“I wasn’t particularly surprised, because when you see them play, you feel this identity. I didn’t think it was that ingrained, and there’s always a difference between witnessing it and experiencing it. So I wasn’t surprised, but that doesn’t mean adapting is easy.”



“The first thing that comes to mind are the T sides. With Vitality we had a very grouped, fast and aggressive style, in general we attacked a bomb site in the first 45 seconds. With Liquid I re-discover, and re-learn how to attack a bomb site with less than 30 seconds left. Rounds are longer, there’s more happening, there’s more phases to manage, analyze, react to - it’s different!”



In that new environment, shox has to play his part, and his part looks nothing like what he was used to in the Vitality years. The role changes reshape his CT side like the style change reshapes his T side. We see him taking up positions on the defense that he has not played in six years. For example, after being a rotator in recent years, he now has an anchor role on the CT side, which completely flips the way he has to play the game. As a consequence, he has to show that he can revise entire aspects of the game, and become one of the best in these as well.






(2017 shox breaks down how to play as a rotator on Train)



“It’s things I have to re-learn, and it’s funny because it brings me back to my early days in CS, when I was quite young, 15 or 16, and these were positions I was playing. [...] I re-discover this, and I have to be patient, I work very hard on this, because when it’s been six years that you’ve been rotating all over the place, and that suddenly you have to stick to your bombsite, it’s absolutely not the same gameplay”



shox also brings in a new, fresh perspective on CS to a roster that’s seen some players from other regions fill in for a season or more. But none had the combined caliber and veterancy that shox brings in. With such extensive experience at the top, he can bring new ideas and approaches to the game, from which the team can draw in order to become more versatile and unpredictable. The slower T style of Liquid should also mesh very well with shox, whose playstyle favors longer rounds where he can outsmarts his opponents



All this stacks up to a huge amount of work on the server, but it would still be too easy if the challenges stopped here.



From international to generational



Besides the international elements of this project, the Frenchman also grapples with generational elements. He sets his sights high, aiming - as many competitors do - for steep benchmarks. Beyond showing he can succeed in an english-speaking NA team, he also wants to show that he can succeed in his thirties.



shox has always shown this level of drive and determination. Going all the way back to his peaks on VeryGames and G2, he had incredible conviction that he was the absolute best and he was determined to prove it. While the motivation for this drive may have changed over the years, it’s still there in another form, directed at another challenge, another statement.



“I want to prove to the Counter-Strike scene that even at 30 years old, you can still win and perform in a tier 1 team. I get the impression that at this age, no one even looks at you, either the organizations, the players, or the coaches. I think it’s wrong. I think that at 30 some people have different priorities - start a family, settle down, stop traveling - and their objectives can change.”



“But I’m convinced that as long as you have the will for it, you’re still committed to work towards being part of the best, you can still go at least until 35. That’s one of my most personal objectives, to change mentalities in the scene on that topic.”



With more than 10 years of experience in the scene, shox will soon join in his thirties a couple other veteran players who still haven’t hung up the mouse, players such as friberg, f0rest, TaZ, NEO. Players who haven’t found the same success in that latest part of their career. Given that history, it will be quite the challenge to prove to the CS community that a pro player can still perform and win trophies well into their thirties.



This gives a taste of what shox sets out to accomplish in this new chapter. He’s not looking for a retirement home. He’s still aiming for the toughest challenges out there, no matter the cost, the sacrifice, and the effort it will take. He still has no doubts about the limits he can shatter and what he can accomplish.



All these aspects summed together amount to a radical change for shox. But it’s not only for him.



A new chapter for shox and for French CS



shox's major career turn intervenes at a time where the French scene is hit with a particularly tough situation. There isn’t a full French team in the very top, following the change in Vitality, and there’s a lot of questions surrounding when this could happen again in the future.



As for any major cataclysm, there are a multiplicity of reasons behind the current situation. The business side of things is partly responsible for this. When teams open up towards players from abroad, it unlocks ways to connect with a bigger audience, which is financially appealing. French – and by extension Belgian – CS has always had a certain aura, thanks to superstars such as ScreaM, kennyS, apEX, now ZywOo, and of course shox. Yet, this is a game where squads and players have federated first and foremost with their compatriots. As a result, multiple nationality rosters could have a commercial advantage: they connect with a wider fanbase than single nationality rosters. (How many Liquid or NA CS fans tune into the occasional FaZe game to see Twistzz?)



The current level of competition is also a big factor behind the way the whole scene shaped up for 2022, and for France in particular. The way Na’Vi dominated the scene at the end of 2021 pushed teams to think outside the box in terms of roster composition. Fabien Devide, Vitality’s founder, put it bluntly. His objective, and the reason behind the signing of zonic, dupreeh, magisk, is purely so that Vitality can climb beyond podiums, get beyond top 6, and eventually win a Major.







How the scene is structured in France also partly led to these changes we're seeing. Besides Vitality, very few, if any, organizations can finance and maintain a world-class roster. The second most prominent team behind Vitality is LDLC, which competes only at the European level.



That lack of organization also falls onto the scene's rising stars. France has no shortage of young talents, as shown in recent years with ZywOo, Misutaaa, Kyojin, and in a more modest way, HEET players such as afroo and Djoko. But shox is concerned as to how talents are scouted, nurtured, and if they can fully blossom at the higher tiers of competition.



“I’m scared for the French scene and the development of new talents. Not that there aren’t any, but I feel that there’s nothing out there to help these new talents develop. The last success to date is GenOne, who got recruited by LDLC. It’s a project led by KRL, a streamer who scouted five youngsters himself, who trained them on his own. That’s how it is.”



“If he didn’t do that, these five would still be lost in the depth of the French amateur CS [scene]. Today they have an org, they have salaries, it’s great. [...] But should it be coming from a streamer? [...] There’s a lack of academies in France.”



We can see a smaller scale example in TGJ Esports, a squad supported and coached by EVY. Now the assistant coach for Evil Geniuses and previously for G2 Esports, TGJ was EVY's project between these two stints on big regional contenders. In France, TGJ did well, notably qualifying for the National Championship last season. They reached the playoffs but were eliminated this season. It’s another example of a project that needed deep personal involvement from a prominent figure to get off the ground. These projects speak to France’s strong sense of community - but are they as reliable as organizational involvement or academy teams?



Indeed, France seems to lack a true academy team. Historically, LDLC has unofficially performed this role ever since their Major winning team was signed by EnVyUs in 2015. EnVyUs had a short stint fielding an academy roster too, which helped JACKZ emerge and rise from the local scene to G2 Esports - along with a few other players who climbed to the pro level.



However, EnVy shut their doors to CS over a year ago, leaving the French scene down another major org and shutting down yet another talent pipeline. The ESL National Championship helps to shed some light on some new talents, but it can only do so much.



All in all French CS lacks a clear cut path to professionalism - something felt in old and aspiring players alike.



Liquid knows this well, their Valorant team benefitting by siphoning from that ruptured pipeline. ScreaM languished in the lower tiers of CS competition for years after falling out of EnVy in 2018 - until he found a rebirth in Valorant as Team Liquid’s star player. It’s a story that applies - though less successfully - for other veterans of the French scene like xms, Happy, and Ex6TenZ (now akukhoS).



It also applies to younger, lesser-known talent in the Valorant scene like Fearoth from 3DMAX (now disbanded), bramz from NV Boys in Blue (now disbanded), and former LDLC players, logaN and rodeN. All of them reached more notable orgs in Riot's new FPS - Fearoth to Alliance, bramz to Vitality, and logaN and rodeN to BDS.



And then, of course, there Nivera - the former Vitality 6th man, younger brother to ScreaM. As one of the leading French FPS prodigies, he saw much of the scene and although he rates it highly, he admits that it isn't what it once was. “Right now, the French scene is not like the time when my brother played,” Nivera said in another TL interview with Austin Ryan. “Today, Vitality has half Danish players, G2 has [one French] player only. There is only LDLC in France right now and they have results but it’s not like they’re in the top 10. It changed a bit, but the French scene is still really, really good.”



Fans and players alike know that French players are still good but the orgs and the structures seem to be fading. Even Nivera’s former team has faded - no, not Vitality, but the original Team Heretics where he got his true start and learned from veterans like kioShiMa and xms.







Current events might lead to a situation where french players will have to slot into international lineups, lest they remain below a certain ceiling that can’t be broken within the current structures in French Counter-Strike. They could be signed as an entire roster by a foreign organization, but with the added risk that what happened in G2 repeats itself, and that the organization decides to take an international turn if things go downhill.



"If I were a foreign organization, [and] I decided to recruit five french players, after they had good results (EnVyUs did it for example), as long as my team wins, no big deal. But as soon as it starts losing, let’s say I’m considering a change. As a CEO that doesn’t know the french scene, either I follow blindly what my players tell me, or I start looking into players I already know, that can bring something to my team, and in that case I turn my focus towards European players.”



shox’s words here belie yet another major change that has slowly unfolded in recent years. The decision power has gradually transferred from the players to the coaches and ultimately the organization’s executives.



“In [2015, 2016, and 2017], players were calling the shots, and maybe since 2018, there has been a bigger emphasis on the coach. In 2018 and 2019, coaches had a bigger voice. It’s recent. For three or four years now, the decisions have not been the players’ to make - that’s a fact. Coaches have more power, but they still need to be vetted, at least in my experience, by the organization’s executives. Eventually, it’s the club that decides. G2 going international was the club’s choice and we had no say in that matter, Vitality going international was the club’s choice as well, and we had no say in that either, be it the players or the coach.”



Until a new or existing organization launches into Counter-Strike with the goal of fielding a world-class French lineup, the path to the highest tiers of competition might remain at the individual level, not at the squad level. The example of DBL Poney is relevant here. They brute-forced their way for a year without an organization to back them up and struggled mightily to get signed as an entire lineup. Some of DBL Poney’s struggle was unique to them, but it was still remarkable that a top 30 team was orgless for close to a year.



Meanwhile, shox found a new home abroad in a matter of weeks. NBK got signed by Mouz during the post-Major shuffle (even if it was cut surprisingly short). And there are multiple organizations that could upgrade their rosters using either the raw talents that emerge from the French scene, or the veterans that are still around. After all, even in what feels like a twilight hour, France still has top ten talents across much of the FPS space.



Beyond shox’s career reinvention, it might be time for the french scene to reinvent itself as well. If the new wave of French talent wants to break into the top echelon, they might need to take shox’s approach too.



[image loading]



Fluff corner



Marvel’s hero pick: Deadpool



Ideal french roster now:


After thinking it through for a short while, shox opted to keep things simple and pick a roster that the Vitality squad had thought about for 2022 before the roster change, only swapping Kyojin for JACKZ. In short, the following:
XTQZZZ (coach), ZywOo, Misutaaa, shox, apEX, JACKZ.





Il n’y a pas si longtemps, les matchs de l’arbre du PGL Major battaient leur plein, quand l’info tomba. Un séisme venait de frapper la scène française. Vitality, l’équipe française la mieux classée, devenait internationale. En remplaçant XTQZZZ, shox et Kyojin avec le trio danois de zonic, dupreeh et Magisk, la décision de Vitality a marqué un tournant pour la scène. Pour la première fois sur CS:GO, il n’y avait plus de quintet francophone au sommet de la compétition.



Alors que la scène française se remettait encore de ce séisme, une réplique frappa quelques jours plus tard. shox partait pour l’Amérique du Nord, et rejoignait une équipe désormais internationale, Team Liquid.



Un projet international avec beaucoup à prouver



Jusqu’ici, il était habituel pour la scène française de voir des remaniement majeurs des équipes de niveau mondial à intervalle réguliers. Ces remaniements ont toujours donné naissance à des équipes iconique, tel que les changements majeurs chez VeryGames, l’échange entre Titan et EnVyUs en 2015, la formation de la fameuse “Super team” en 2017 chez G2 Esports, et plus récemment l’entrée de Vitality dans Counter-Strike fin 2018.



Comment se retrouve-t-on alors, au tournant de 2022, avec une situation où Vitality n’est plus francophone, et shox se dirigeant vers un projet international avec Liquid ?



Pour shox, la réponse est sans appel. Vitality devenait un projet international, et en 2022, plus aucune autre structure ne pouvait financer et supporter une équipe capable d’être au Major.



“Quand Vitality m'a annoncé qu’ils ne continueraient pas avec moi en 2022, je me suis placé sur les différents marchés. Force est de constater que si je restais en France j’allais forcément régresser, que ce soit en termes d’équipe ou de club. En France il y avait Vitality, qui jusqu’à présent était 100% française et une grosse structure. Puis il y a LDLC mais il y a vraiment un fossé aujourd’hui entre LDLC et Vitality sur Counter-Strike. Si je retombais dans la scène française, je repartirais de plus bas, et ce serait forcément beaucoup plus difficile de remonter. Partant de là, je me suis laissé la porte ouverte à tout.”



Un tournant donc, qui voit un autre pilier de l’ère VeryGames quitter la scène nationale, au moins pour un temps. Il suit les trace d’une autre légende française, NBK, qui a lui aussi rejoint une équipe internationale, après avoir été par Vitality deux ans plus tôt, mais aussi un ami de longue date, ScreaM, qui a lui quitté CS:GO pour se lancer dans une carrière Valorant en 2020 - également chez Liquid.





Un facteur majeur sépare shox de NBK cependant. Le faiseur de roi peut compter depuis longtemps sur son très bon anglais, aidant ainsi à ce qu’il rejoigne des équipes internationales, OG, puis plus récemment Mousesports. La langue, cet aspect clé qui revient en permanence dans les discussions sur la viabilité des équipes internationales, et dont shox sait qu’il doit le maîtriser.



“Force est de constater que jusqu’ici encore aucun projet international n’a réellement dominé la scène. [Cependant] en termes de réservoir de joueurs, mais aussi en termes de marketing, de business, ça ouvre énormément de possibilités. Après, sur le serveur, je ne l’avais jamais expérimenté, donc je partais juste du principe que tant que les joueurs parlent anglais, ça peut fonctionner. [...] De mon point de vue, avoir un projet international avec la même facilité qu’une équipe nationale, c’est si les joueurs sont bilingues. Dans mon cas, je ne suis pas bilingue, même si je ne suis pas mauvais en anglais, et je sens par moment que je suis plus lent, dans la compréhension ou même dans le fait de parler.”



Le potentiel est indéniable. Si cette barrière de la langue peut être surmontée, il est alors possible de recruter dans un groupe de joueurs beaucoup plus large et de trouver la pièce manquante du puzzle en termes de rôles et de personnalité. Malgré ça, les équipes internationales ont toujours fait face à un certain scepticisme depuis leur apparition, malgré des exemples flagrants qu’elles peuvent totalement fonctionner.



L’une des critiques récurrentes à leur sujet est qu’elles n’ont jamais gagné un Major, ni établi leur propre ère. Mais c’est oublier que FaZe est passé à un cheveu de gagner l’ELEAGUE Major à Boston en 2018, mais également toute la saison 2017 durant laquelle aucune équipe ne dominait réellement, et à la place quatre équipes se partageait le haut du tableau, dont FaZe encore. Cette critique peut fonctionner dans les deux sens. Beaucoup de roster “nationaux” ou en tout cas homogène au niveau de la langue n’ont jamais atteint un succès comparable à FaZe, ou même au Mousesports de fin 2018. Il faut aussi noter que dans ce cas, seul shox est concerné. Le reste de l’équipe reste Nord-Américain.



La langue n’est pas le seul défi auquel shox doit faire face dans le nouveau chapitre international de sa carrière. En effet, rentrer dans une nouvelle équipe mais aussi une nouvelle scène apporte son lot de nouveautés, notamment sur le serveur. L’une d’elle étant le style de jeu prisé par Liquid.



“Je n’étais pas spécialement surpris, parce qu’en les regardant jouer, tu ressens l’identité, tu vois comment ils jouent. Mais je ne pensais pas que c’était aussi ancré, et il y a toujours une différence entre voir quelque chose et le vivre. Donc je peux pas dire que j’étais surpris, mais ce n’est pas pour autant que l’adaptation est plus facile.”



“Le premier aspect qui me vient en tête, c’est les sides d’attaque. Avec Vitality, on avait un style très groupé, très rapide, très agressif. De manière générale on attaquait un site dans les 45 premières secondes. Là, avec Liquid, je découvre, ou plutôt je réapprends [...] à attaquer un BP à 30 secondes de la fin. Donc le round est beaucoup plus long, il se passe plus de choses, tu as plus de phases à devoir gérer, comprendre, analyser, et réagir, donc c’est différent.”



Dans ce nouvel environnement, shox doit apporter sa pierre à l’édifice, et celle-ci n’a pas grand chose à voir avec ce auquel il était habitué dans les années Vitality. Un nouveau rôle, qui redessine ses sides CT, tout comme le style de Liquid redessine ses sides T. On peut le voir jouer des positions en défense qu’il n’a pas eu à jouer pendant six ans. Après avoir été pivot pendant plusieurs années, il est désormais fixe en CT, ce qui renverse complètement la façon dont il doit approcher le jeu. En conséquence, il doit montrer qu’il peut ré-apprendre des pans entiers du jeu, et devenir l’un des meilleurs dans ceux-là aussi.







“C’est des choses que je dois réapprendre. C’est marrant, et j’aime bien parce que ça me rappelle mes premiers jours sur CS, quand j’étais très jeune, vers 15 ou 16 ans, j’étais fixe. [...] Je redécouvre ça, et je dois m’armer de patience et travailler énormément dessus, parce que quand ça fait six ans que tu bouges partout et que tout d’un coup tu dois garder ton site bombe à tous les rounds, c’est pas du tout le même style de jeu.”



shox amène aussi une perspective nouvelle sur CS dans une équipe qui a régulièrement vu passer des joueurs venant d’autres régions lors de certaines saisons. Aucun n’avait cette combinaison de calibre et d'expérience que shox apporte, cependant. Avec autant d'expérience à très haut niveau, il peut apporter de nouvelles façon d’approcher le jeu, que l’équipe peut mettre à profit pour devenir plus versatile et imprévisible. La méthode plus lente de Liquid en attaque devrait également bien se combiner avec shox sur le long terme, en tirant parti de son intelligence de jeu sur des rounds longs.



Tout cela représente une grosse charge de travail sur le serveur, mais ce serait trop simple si les défis s’arrêtaient là.



De l’international, au générationnel



En plus de l’aspect international de ce projet, la star française doit aussi composer avec un aspect générationnel. Il vise haut - comme il se doit pour tout compétiteur - et ses objectifs sont ambitieux et exigeants. En plus de montrer qu’il peut réussir dans une équipe nord-américaine dans un environnement anglophone, il veut aussi prouver qu’il peut réussir dans la trentaine.



shox a toujours montré ce niveau de détermination, comme aux débuts de CS:GO, et cette conviction profonde qu’il était le meilleur sans aucun doute, déterminé à le prouver. Si le motif de cette détermination a pu changer au cours des années, celle-ci est toujours présente d’une manière ou d’une autre, visant un nouveau défi, repoussant les limited.



“C’est aussi prouver à la scène Counter-Strike que même à la trentaine on peut toujours gagner et être performant dans une équipe tier 1. J’ai l’impression qu’à l’approche de la trentaine, les gens ne te regardent plus, que ce soient les clubs, les joueurs, les équipes, les coachs. Chose que je trouve fausse. Je pense qu’à 30 ans, certains vont avoir des priorités différentes, vont vouloir fonder une famille, se poser, arrêter de voyager, et que leurs objectifs ne sont plus les mêmes.”



“Mais je suis convaincu qu’à partir du moment où tu as toujours autant de volonté, que tu es toujours disponible, et que tu peux fournir les efforts pour faire partie des meilleurs, je pense que tu peux aller facilement jusqu’à 35. C’est l’un de mes objectifs personnels très profond, j’aimerais faire évoluer la mentalité de la scène Counter-Strike vis-à-vis de ce sujet.”



Bientôt, et avec plus de 10 années d’expérience, shox rejoindra ces vétérans déjà dans leur trentaine, qui n’ont toujours pas raccroché leur souris, des joueurs tels que friberg, f0rest, TaZ, NEO. Des joueurs qui n’ont pas vraiment été couronnés de succès dans cette partie de leur carrière. Partant de là, prouver à la communauté Counter-Strike qu’un joueur pro peut encore être compétitif et gagner des trophées dans la trentaine va représenter un réel challenge.



Mais cela donne un avant-goût de ce que shox se pose comme objectifs dans ce nouveau chapitre de sa carrière. Il ne cherche pas une retraite, loin de là. Il vise toujours les défis les plus difficiles, peu importe le coût, les sacrifices, et les efforts à fournir. Il n’a toujours aucun doute sur les limites qu’il peut dépasser et ce qu’il peut accomplir.



Tous ces aspects pris ensemble représentent un changement radical pour shox. Mais pas seulement pour lui.



Un nouveau chapitre pour shox et pour le CS français



Le tournant majeur de la carrière de shox prend place dans un contexte compliqué pour la scène française. Il n’y a dorénavant plus de cinq français en haut du classement mondial, suite aux changements effectués par Vitality, et la question se pose de quand reverra-t-on cela à l’avenir.



Comme pour tout cataclysme, on peut trouver plusieurs causes ayant mené à la situation actuelle. L’aspect business est en partie responsable. Quand les équipes s’ouvrent à des joueurs internationaux, elles s’offrent l’opportunité de se connecter à une audience bien plus vaste, ce qui peut séduire les structures. Le CS Français - et par extension, Belge - a toujours eu une certaine aura à l’international, grâce à ses superstars, ScreaM, kennyS, apEX, maintenant ZywOo, et bien sur shox. Mais il s’agit d’un jeu ou les équipes et les joueurs fédèrent avant tout leurs compatriotes. Il en résulte que les escouades internationales peuvent compter sur un avantage commercial: elles peuvent fédérer une audience plus large que des équipes à la nationalité homogène. (Combien de fans de Team Liquid ou du CS Nord-Américain regardent occasionnellement les matchs de FaZe pour suivre Twistzz?)



On peut aussi noter le niveau global de la compétition comme facteur déterminant de la façon dont la scène s’est transformé pour 2022, et en France en particulier. La façon dont Na’Vi à dominé la compétition dans la deuxième moitié de 2021 a pu pousser les équipes à sortir de leurs zone de confort et tenter des compositions audacieuse en réponse. Fabien Devide, fondateur de Vitality, le disait de façon franche. Son objectif, et la raison derrière le recrutement de zonic, dupreeh, et Magisk, n’est autre que de faire en sorte que Vitality puisse se hisser au delà des premières marches de podiums, au delà des top 6, et finalement gagner un Major.







La façon dont la scène française est structurée est aussi en cause. En dehors de Vitality, très peu de structures peuvent financer et soutenir une équipe de niveau mondial. La deuxième structures engagées sur Counter-Strike en France est LDLC, qui concourent au niveau Européen.



Enfin, les joueurs. Si la France n’est pas à court de jeunes talents, comme on a pu le voir ces dernières années avec la montée de ZywOo, Misutaaa, Kyojin, et dans une moindre mesure certains joueurs maintenant chez HEET comme afroo et Djoko. Mais il y a des raisons de s’inquiéter sur la manière dont les joueurs prometteurs sont repérés, entraînés, et comment ils peuvent s’épanouir aux plus hauts niveaux de la compétition.



“En toute honnêteté, vis à vis de la scène française, j’ai peur. Pas du fait qu’il n’y ait pas de talents, loin de là, il y en a, c’est sûr. Mais plus dans le sens qu’il n’y a rien en place pour leur permettre de se dévoiler. Aujourd’hui la dernière réussite en date, ce serait GenOne qui a été signée par LDLC. Ça vient de krL, un streamer, qui a fait des tests lui-même, qui a pris cinq petits jeunes de nulle part, qui a essayé de les former avec ses propres moyens. S’il n’avait pas fait ça, ils seraient encore en train de zoner dans les bas-fonds du subtop français.”



“Aujourd’hui ils ont une structure, ils sont chez LDLC, ils ont un salaire, ils sont devenus professionnels. C’est génial, et c’est très bien ce qu’à fait krL, mais est-ce que ça devrait venir d’un streamer ? [...] Il manque en France ce qu’on appelle des académies.”



On peut citer un exemple plus modeste que celui de shox, TGJ Esports, une escouade propulsée et entraînée par EVY. Désormais assistant coach chez Evil Geniuses, et avant cela assistant coach chez G2, TGJ était en partie son projet entre ces deux contrats. Ils se sont notamment qualifiés pour le Championnat National d’ESL fin 2021, et y ont atteint l’arbre, mais ont été éliminés depuis. Il s’agit là encore d’un projet résultant ou nécessitant une initiative personnelle d’une figure plus ou moins importante de la scène locale. Ces projets montrent le très fort aspect communautaire de la scène française - mais est-ce suffisant en l’absence de réel investissement de la part d’organisations, ou d'équipes académies ?



En effet, il semble manquer en France l’équivalent d’une réelle académie. Historiquement, LDLC a quelque part joué ce rôle officieusement ces dernières années, dans la période qui a suivi l’acquisition de leur équipe championne de Major par EnVyUs. Cette même EnVyUs qui a notamment mis en place et maintenu une équipe académie, qui a notamment aidé JACKZ à grimper hors de la scène nationale pour se retrouver chez G2 Esports - ainsi que quelques autres joueurs qui ont atteint le niveau professional.



EnVy ont cependant relâché leur équipe française et leur académie mi-2018, laissant la scène française avec une structure majeure en moins, coupant ainsi au passage une des voies possibles pour les jeunes talents de faire leurs preuves et de grimper les échelons. Le Championnat National d’ESL aide à braquer les projecteurs sur des joueurs prometteurs, mais ne peut être suffisant à lui seul.



De manière générale, le Counter-Strike français semble manquer d’un chemin clair et défini pour les joueurs souhaitant atteindre le niveau pro - un état de fait ressenti par certains vétérans et jeunes joueurs.



Liquid ne connaît cette situation que trop bien, leur équipe Valorant en ayant tiré parti en siphonnant dans cette fuite des talents. ScreaM est resté quelque temps quelques échelons plus bas dans la scène sur Counter-Strike après son contrat chez EnVyUs en 2018, mais s’est réinventé sur Valorant comme star dans l’équipe de Liquid. Même histoire - à niveau plus modeste - pour d’autres vétérans de la scène française comme xms, Happy, et Ex6TenZ (maintenant akukhoS).



Cela s’applique aussi à des joueurs plus jeunes et moins connus, comme Fearoth, alors chez la désormais défunte 3DMAX, bramz venant des NV Boys in blue, dissoute également, ou encore les ex-LDLC logaN et rodeN. Chacun d’entre eux a pu rejoindre des organisations plus prestigieuses - Fearoth est parti chez Alliance, bramz chez Vitality, logaN et rodeN chez BDS.



Enfin, bien sûr, l’ancien sixième joueur de Vitality, Nivera. “Ces jours-ci, la scène française n’a rien à voir avec l’époque à laquelle mon frère jouait”, rapportait Nivera dans une autre interview avec Austin Ryan. “Aujourd’hui, Vitality est à moitié Danoise, G2 a seulement [un seul joueur] français. Il n’y a plus que LDLC en France, et ils ont des résultats, mais restent très loin du top 10. Ça a un peu changé, mais la scène française reste très, très forte.”



Les fans, comme les joueurs, savent que la scène française comporte de nombreux talents. Mais les structures nationales semblent petit à petit s’en éloigner. Même l’équipe précédente de Nivera s’en est allée - non pas Vitality, mais Team Heretics, où il a pu faire ses marques et apprendre de vétérans comme kioShiMa et xms.







Les récents événements pourraient mener à une situation où les joueurs français devront considérer le fait de faire carrière à l’international, sans quoi ils pourraient s’exposer à ne pas dépasser un plafond que les structures françaises actuelles encore investies ou pouvant s’investir dans Counter-Strike ne leur permettront pas de franchir. L’autre options peut-être d’évoluer comme un cinq français dans une structure étrangère, mais avec le risque que ce qui s’est passé chez G2 se répète, et que la structure décide de prendre un tournant international également.



“Si demain je suis une structure étrangère, et que je décide de recruter cinq joueurs français parce que leurs résultats sont bons. EnVyUs l’a fait par exemple. Tant que mon équipe gagne, pas de souci. Dès que l’équipe commence à perdre et que je veux faire des changements. En tant que dirigeant qui ne connaît pas la scène française, soit je me fie à l’aveugle à ce que les joueurs vont me dire, soit je vais vers des joueurs dont je sais ce qu’ils peuvent m’apporter, et me tourner vers de l’Européen”



Il faut aussi noter le fait que dans les dernières années, un changement majeur a petit à petit pris place, autour de la façon dont les équipes se constituent et sont remaniées, avec un pouvoir décisionnaire qui a progressivement quitté les mains des joueurs, pour aller dans celles des coaches et surtout des dirigeants.



“En [2015, 2016 et 2017] les joueurs décidaient, peut être qu’à partir de 2018, on a donné plus d’importance au coach. En 2018 et 2019 on a plus écouté les coachs. C’est récent, depuis trois ou quatre ans, les joueurs n’ont plus le pouvoir, c’est un fait. Les coachs en ont plus, mais ils leur faut, en tout cas dans mon expérience, l’aval de la direction. Donc à la fin on retombe sur le club qui décide. Le fait de partir à l’international chez G2, c’était le choix du club et l’on a pas eu notre mot à dire, et le choix d’aller à l’international chez Vitality, c’était le choix du club, et l’on a pas eu notre mot à dire non plus, que ce soit les joueurs, ou le coach”



Jusqu’à ce qu’une organisation - nouvelle ou non - se lance dans Counter-Strike avec l’intention d’aligner une équipe de niveau mondial, il se peut que le chemin vers le très haut niveau ne se situe qu’au niveau de l’individu, et non de l’escouade. DBL Poney est un bon exemple ici. Ils ont persisté sans organisation derrière eux, et ont eu beaucoup de difficultés pour être signés. Même si une partie de leur soucis n’a pas de rapport avec cela, il reste qu’une équipe top 30 monde est restée sans organisation pendant près d’un an.



A côté de ça, shox a pu se trouver une nouvelle équipe en une question de semaines. NBK a retrouvé un contrat chez Mouz également lors du mercato qui a suivi le Major - même s’il a été soudainement mis sur le banc depuis. Et plusieurs structures pourraient améliorer leur équipe en utilisant les talents bruts qui peuvent émerger de la scène française ou les services de vétérans encore en activité. De manière générale, même si l’avenir semble incertain, la France peut toujours se targuer d’avoir un certain nombre de joueurs pouvant évoluer au plus haut niveau.



En fin de compte, si shox réinvente sa carrière chez Liquid, il est peut être aussi temps désormais pour la scène française de se réinventer. Si la nouvelle génération de talents français veut pouvoir percer au sommet, il se peut qu’ils doivent suivre l’exemple de shox.



[image loading]



Fluff corner



Choix de Héros Marvel: Deadpool



Le roster français idéal:


Après quelques instants de réflexion, shox a décidé de garder les choses simples et de partir sur un potentiel cinq qu’ils avaient imaginé chez Vitality pour 2022, avant le changement, avec JACKZ à la place de Kyojin, soit:



XTQZZZ (coach), ZywOo, Misutaaa, shox, apEX, JACKZ











Writer // Jean-Baptiste Lorteau
Graphics // Lucas de Paula


















Please log in with your teamliquid.net account to post a comment.
 
League of Legends | Smash   The Rise of the Resilience Meta Esports is known for burnout - athletes retiring in their mid-20's because they can't keep up. But Coach Bobby and Coach Chung are looking to change all that. They want to see a new world of esports where, as the field grows, so too do the number of veterans within it. By bringing in expertise from traditional sports, from science-based coaching, and from their unique backgrounds, they hope to bring about the Resilience Meta.
League of Legends   Take notes: How TLH is Learning From EG After a shocking 0-3 loss to Evil Geniuses in the Losers Finals of the 2022 Spring Playoffs, Team Liquid’s dressing room is predictably quiet. Quiet enough that, through SQUAD’s camera crew, you can hear the sound of the players’ shoes shuffling against the carpet. After a moment, Liquid head coach André "Guilhoto" Pereira Guilhoto ruptures the silence.
League of Legends   What's Going on With Squad? Six years ago, I was sent to cover the LCS World Championship semi-finals at Madison Square Garden in New York City. Within the bowels of America's foremost sports stadium — where Knicks and Rangers mingle on game days — the rosters of SK Telecom and ROX Tigers prepped for one of the biggest matches of their lives.
Apex Legends   "That’s the Real Version of our Team" Though Team Liquid finished their Apex Legends Global Series Split 2 season on an upswing, climbing to place eighth overall in the North American League, they weren't necessarily the favorites to win it all at the Split 2 Playoffs in Stockholm, Sweden. After all, they were up against 39 squads comprised of the world's very best Apex pros.